JEEM 2016 - 3e Journée d’Exploration en Économie et Management

Découvrir et Explorer la Recherche en Sciences économiques et en Sciences de gestion

2016-11-29_JEEM

 Destinée aux élèves de seconde des lycées généraux et technologiques, cette journée est organisée par le CREM, en partenariat avec l’académie de Rennes.

La JEEM se déroule en visioconférence sur 4 sites : Rennes, Brest, Lorient et Saint-Brieuc. Les conférences se déroulent dans le télé-amphithéâtre de la Faculté des Sciences Économiques (amphi n°5), situé sur le site « Hoche », dans le bâtiment 2, au 1er étage.

Elles est introduite par Le professeur Yvon Rocaboy, organisateur scientifique (CREM, Université Rennes 1) et par Agnès Baillet, IA-IPR en économie gestion au Rectorat de Rennes.
 

L’équipe du Centre de Recherche en Économie et Management (CREM) de l’université de Rennes 1, en partenariat avec l’académie de Rennes, a organisé le mardi 29 novembre, de 10h à 13h, la troisième édition de la JEEM destinée aux élèves de seconde des lycées généraux et technologiques.

Destinée aux élèves bénéficiant de l’enseignement d’exploration PFEG (Principes Fondamentaux de l’Economie et de la Gestion), cette journée d’étude consacrée à l’économie et au management a plusieurs objectifs. Elle doit leur permettre de :

  • être sensibilisés aux problèmes économiques autour de grands thèmes choisis en concertation avec l’Inspection Pédagogique Régionale ;
  • découvrir les thématiques de recherche actuelles de façon originale ;
  • préparer et poursuivre leurs investigations avec leurs professeurs pendant l’enseignement d’exploration PFEG.

    Dans le cadre du parcours avenir :

  • bénéficier d’un temps d’échange privilégié avec des chercheurs ;
  • éveiller leur curiosité sur le monde actuel et à venir ;

    Dans le cadre du parcours citoyen :

  • d’apprendre à lire, à décrypter l’information et l’image, à aiguiser leur esprit critique, à se forger une opinion, compétences essentielles pour exercer une citoyenneté éclairée et responsable en démocratie. (parcours citoyen - éducation aux médias et à l’information).

La construction de cette journée repose conjointement sur le Parcours Avenir et le Parcours Citoyen du Ministère de l’Éducation nationale, ainsi que sur le projet du CREM.
Inscrit dans la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République du 8 juillet 2013, le Parcours Avenir se fonde sur l’acquisition de compétences et de connaissances relatives au monde économique, social et professionnel. Il permet à chaque élève de la sixième à la terminale de comprendre le monde économique et professionnel, d’appréhender la diversité des métiers et des formations et de construire progressivement son parcours personnel de formation et d’orientation.

Le Parcours Citoyen se construit quant à lui autour de l’Enseignement moral et civique, de la pratique du débat démocratique et d’une éducation aux médias et à l’information qui prend pleinement en compte les enjeux du numérique et de ses usages. Ce parcours doit favoriser l’engagement citoyen des élèves en facilitant et en développant leur participation et leurs initiatives dans la vie sociale de l’établissement, aux côtés des partenaires de l’École. Il s’inscrit dans la culture scolaire et doit permettre à tous les élèves de se construire une culture morale et civique pour réaliser le projet républicain.

Pour le CREM, cette journée s’inscrit dans le projet d’une « interaction avec l’environnement social, économique et culturel ». Il s’agit, pour les chercheurs du CREM de proposer une approche de vulgarisation de la recherche en économie et management aux lycéens de seconde.
Cette année encore, la troisième édition sera relayée dans les départements de l’académie de Rennes par le biais du campus numérique de l’UEB : outre les classes des lycées partenaires de Rennes qui participeront aux deux conférences présentées par des chercheurs reconnus, un accès en direct aux conférences sera proposé aux autres lycées de l’académie dans les salles immersives de Brest, Saint-Brieuc et Lorient ou par des connexions externes.

09:45-10:00 Cloître Accueil des lycéens et des encadrants
10:00-10:30 Amphi 5 Présentations introductives des organisateurs
10:30-11:30 Amphi 5 Conférence de Thierry Pénard
11:30-11:45 Amphi 5 Pause
11:45-12:45 Amphi 5 Conférence de Vincent Merlin
12:45-13:00 Amphi 5 Clôture matinée : échanges et conclusions
Plans et intinéraires des salles immersives :

Ville Lieu Google Maps Plan-détaillé
format PNG
Rennes Amphi 5,
Faculté des Sciences Économiques, bâtiment 2, 1er étagle
35000 Rennes
Google Map
Rennes
Site Sc. Eco.PNG
Brest ENSTA Bretagne,
2 Rue François Verny,
29200 Brest
Google Map
Brest
ENSTA_Brest.PNG
Lorient IUT Lorient,
10 Rue Jean Zay,
56100 Lorient
Google Map
Lorient
IUT_Lorient.PNG
Saint-Brieuc TA Pôle universitaire Mazier,
2 Avenue Antoine Mazier,
22000 Saint-Brieuc
Google Map
St-Brieuc
TA-Mazier_St-Brieuc.PNG

 

Thématiques et conférences

AirBnB, Blablacar, LeBonCoin, ces sites emblématiques de l’économie collaborative sont plébiscités par les Français. Un Français sur 5 déclare avoir déjà utilisé un site de location ou d’échange de logement entre particuliers et 23% un site de covoiturage (source M@rsouin, enquête Consommation collaborative 2016).
Cette conférence a pour objet de définir et délimiter l’économie collaborative, de présenter les motivations des acteurs en présence et de caractériser la nature des interactions économiques et sociales au cœur de ces formes de marchés.
Nous illustrerons cette présentation avec des résultats de recherches menées sur la plateforme de covoiturage Blablacar.
Par Thierry Pénard, Professeur des Universités, CREM, Université de Rennes 1

Si la plupart des pays se définissent comme des démocraties, leurs lois, leurs traditions et l’histoire les ont amenés à définir des modes d’élections des plus divers. En France, à l’aube de cette année électorale, personne ne remet en cause le mode de scrutin majoritaire à deux tours, qui est un pilier de nos institutions, que ce soit pour l’élection du président comme celle des députés. Pourtant, ce n’est pas un mode de scrutin si fréquent dans le monde. La tradition anglo-saxonne (Etats-Unis, Angleterre, Canada), aussi ancienne que la française, favorise le scrutin uninominal à un tour : dans chaque circonscription, chaque citoyen ne vote que pour un seul candidat, et celui qui a le plus de voix l’emporte. Les pays Nordiques, quant à eux, ont très rapidement adopté des modes de scrutin proportionnels pour l’élection de leurs députés.
Au-delà de cette opposition scrutin majoritaire, scrutin proportionnel, d’autres pays ont adopté des modes de scrutin plus « exotiques ». Les australiens votent certes dans des circonscriptions en un tour mais chaque électeur donne un classement, complet ou partiel, des candidats ! Au premier tour du dépouillement, si aucun candidat n’a la majorité, le dernier est éliminé, et ses voix sont transférées aux candidats que ses partisans ont classés en deux. Le processus d’élimination des candidats un à un se poursuit jusqu’à ce qu’un candidat recueille moitié des suffrages. Un système similaire existe en Irlande, sauf que chaque circonscription élit cinq députés ! On parlera alors de « vote simple transférable » (single transferable vote, STV) ou de « vote à plusieurs tour instantané » (Instant Run-off Voting). Il est a noté qu’en Australie comme en Irlande, le dépouillement dure alors plusieurs jours, et la composition finale du parlement n’est pas forcement connue une semaine après les élections.
Le royaume des modes de scrutin est donc quasi infini. De plus de nombreux pays utilisent même des modes de scrutin « mixtes », combinant mode proportionnel pour une partie des sièges et élection directe des députés dans l’autre partie (Russie, Allemagne).

Il faut aussi remarquer que le développement de l’internet et des technologies de l’information à démultiplié les occasions de voter sans que l’on s’en rende forcement compte. Remplir un sondage sous Doodle s’apparente à répondre à une série de référendum sur les dates ; « liker » une page est une forme de vote par approbation, où le vainqueur est celui qui est le plus apprécié ; donner des notes et/ou des classements sur des hôtels, des restaurants, sont aussi des formes d’expression de nos choix. De fait, le développement du numérique pourrait, sous peu, révolutionner la manière dont les choix s’expriment, et les décisions sont prises en commun.
Les sciences politiques, les économistes, les mathématiciens, mais aussi de plus en plus les informaticiens s’intéressent aux propriétés des diverses règles de vote. A côté des arguments classiques des sciences politiques sur les mérites de chaque système, les mathématiciens ont construit des modèles plus formels à base d’axiomes et de calculs de probabilités. Les informaticiens s’intéressent à de nouvelles problématiques autour de la simplicité des échanges d’information, de la sécurité de la transmission des données, du cryptage de celles-ci, et des temps de calculs nécessaires pour mettre en œuvre des méthodes plus sophistiqués. Les économistes, depuis une décennie, cherchent quant à eux à tester les réactions des citoyens à de nouveaux modes de scrutin via des expériences en laboratoire et/ou des expériences in situ.
Cette conférence sera l’occasion de présenter une partie du large éventail modes de scrutins, les travaux récents des économistes, informaticiens, et des sciences politiques sur le sujet, et d’esquisser quelques pistes sur la manière dont le développement des technologies de l’information pourrait modifier dans le futur les modes d’expression du vote des citoyens.
Par Vincent Merlin, Directeur de recherches au CNRS, CREM, Université de Caen Normandie
En raison de l'indisponibilité imprévue du conférencier, la conférence est reportée à une prochaine journée.
Elle est remplacée par deux interventions de présentation du métier de chercheur et de la macroéconomie par les professeurs Fabien Moizeau et Jean-CHristophe Poutineau.